Maurin Donneaud

Designer d’interaction @ DataPaulette, Hackerspace textile, 19 rue Garibaldi 93100 Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Fonof/projet

Depuis quelques années Emmanuelle Gibello se produit sur la scène électro et développe une pratique entre musique concrète et musique noise. A la recherche de solutions pour ne pas utiliser l’écran de son ordinateur, Emmanuelle utilise plusieurs types de contrôleurs “pour être dans une rapport physique au son et non pas un rapport à l’image”. “En cherchant à ne plus regarder l’écran, j’ai dû assigner tous les paramètres à des interfaces de contrôles, très rapidement, j’ai réalisé que celles-ci ne sont pas adaptées à mes envies et besoins.” Ce constat qui souligne l’importance du geste dans la pratique de l’informatique musicale a donné naissance à plusieurs concepts d’interfaces. Nous avons accompagné Emmanuelle dans la réalisation de l’une de ses idées qui se base sur la manipulation de pions à disposer sur un damier pour déclencher et contrôler des sons prés-enregistrés. Cette interface que nous avons surnommée FONOF est le résultat d’une réflexion menée par Emmanuelle sur la composition et l’interprétation de pièces électro destinées à être interprétées par d’autres musiciens.

Le travail sur la captation du geste contribue à renforcer l’attention et la sensibilité de l’interprète et donne à voir au public le processus de la pièce musicale. On peut notamment voir dans cette démarche une tentative d’égaler le fonctionnement d’un instrument de musique. Cependant, un son électroacoustique contrôlé par une interface n’est pas lié physiquement à l’énergie induite par l’interprète. Aussi, une interface ne peut être considérée au même titre qu’un instrument, par exemple un léger mouvement peut produire un son démesuré. On parle de la rupture du “continuum énergétique”. Cadoz, Claude., Continuum energetique du geste au son : le geste instrumental et les interfaces ergotiques (manipulation). A mon sens, la particularité du FONOF réside dans l’idée de manipuler des objets physiques pour produire de la musique. De ce point de vue, cette interface se rapproche de la Reactable qui est basée sur un principe de “tracking vidéo”. C’est d’ailleurs sur cette particularité que nous souhaitons aujourd’hui continuer à travailler avec Emmanuelle. En effet nous imaginons développer plusieurs types de pions qui possèdent chacun un comportement physique propre...

Les contraintes imposées par les conditions de spectacle (installation et démontage rapide, robustesse du dispositif...) ainsi que les exigences d’Emmanuelle concernant le type de geste à capter, nous ont orienté vers le développement d’une interface basée sur une matrice de capteurs à “effet hall”. Ce principe nous a permis de détecter la position des pions, mais aussi la distance à l’approche pour contrôler des effets analogiques. Le FONOF est conçu comme un shield (extension) pour la carte Arduino. Cette extension comporte 48 capteurs à “effet hall” (magnétiques) qui détectent la présence et la distance des pions aimantés. Les valeurs captées sont transmises via un câble USB à une application qui permet de configurer le FONOF et formater les données pour les transmettre à un autre logiciel de composition musicale. Chacune des cases du damier est configurable en deux modes. Le premier, “tout ou rien”, permet de déclencher et stopper des pistes son. Le deuxième, “proportionnel”, permet de contrôler des effets analogiques.


Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d'indiquer ci-dessous l'identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n'êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions'inscriremot de passe oublié ?